fermer la page

Claude Schmitz

Claude Schmitz vit et travaille à Bruxelles. Il est diplômé de L’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) et est actuellement en compagnonnage au Théâtre de Liège (2018-2022). Ses créations ont été présentées à plusieurs reprises au KunstenFESTIVALdesArts ainsi qu'au Théâtre National, au Palais des Beaux-Arts, aux Halles de Schaerbeek, au Théâtre la Balsamine, à la Filature de Mulhouse, au Théâtre de Liège, au Salzburger Festspiele, à HumainTROPHumain, au Théâtre de l'Union, au Théâtre de l'Onde Centre d'Art, etc. Il a réalisé le clip This Light pour Girls in Hawaii ainsi que plusieurs films dont Le Mali (en Afrique) (Prix Format Court - Brive 2016), Rien Sauf L'Été (Grand Prix Europe et Mention des Distributeurs - Brive 2017) et Braquer Poitiers (Prix du Public - FID Marseille 2018 et Prix Spécial du Jury - FIC VALDIVIA Chili). Parallèlement, il enseigne (au Sénégal, à Ecole Supérieur des Arts à Mons et à L’ENSAV - La Cambre) et officie comme acteur au théâtre.                                                                                                                                                                                                 

 

Claude Schmitz is a graduate of the Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) in staging. He was an associate artist at the Halles de Schaerbeek (Brussels), and his latest creations have been presented at the Kunstenfestivaldesarts, Théâtre National, Palais des Beaux-Arts, Halles de Schaerbeek, Théâtre la Balsamine, La Filature, Théâtre de la Place, Salzburger Festspiele, etc. Recently, he directed his fourth medium-length film. He also officiates as an actor under the direction of other directors.                                                                                      

 

 

 

 

 

fermer la page

Paradies

Paradies produit et coproduit des spectacles et des films. La compagnie, basée à Bruxelles, est constituée de Benoît Hennaut, Arié Mandelbaum,  Fred Op De Beeck et Claude Schmitz. 

Salon des Refusés (sans jury ni récompense)

  • Médias
  • |
  • Texte

Salon des Refusés (sans jury ni récompense)

2012

« Salon des Refusés tiendra une place particulière dans mon parcours puisqu’il s’agira pour moi de travailler dans une économie de moyens et de temps et selon un mode de production qui s’apparentera à celui de mes toutes premières créations. Dans cet esprit je me suis associé à un tout jeune scénographe, Boris Dambly. Ce sera pour moi l’occasion de travailler de manière “spontanée” et précaire dans un cadre singulier qui ne sera pas sans évoquer ceux que le théâtre de Kantor (premier choc de théâtre) proposait. Retour aux sources, transition ou involution? Le salon dira.Le Salon des Refusés (sans jury ni récompenses) fait écho au salon éponyme qui se tint à Paris en 1863. A cette époque, le jury du salon officiel de peinture et sculpture, désigné par les membres de l’Académie, refusa près de trois mille œuvres sur les cinq mille envoyées. Suite à cette hécatombe, les postulants exclus déclenchèrent une polémique qui déboucha, avec ordre de l’empereur, sur la création d’un salon dit des refusés. Inutile de préciser que cette décision fut largement contestée par l’Académie et les artistes officiels. Pourtant, parmi les exposants refusés qui subirent les quolibets des visiteurs et critiques, on pouvait voir ici un Manet, là un Pissarro... une partie des fondateurs de la modernité, ceux qu’on nommera plus tard les Impressionnistes.Dans la situation actuelle, le Salon des Refusés prendra la forme d’une boîte placée au centre du foyer de la Balsamine. Ce cube aux dimensions modestes - véritable théâtre dans le théâtre - proposera une programmation parallèle non officielle. Les idées qui y seront matérialisées sont celles qui, dans l’esprit commun, ne peuvent appartenir aux scènes officielles parce qu’on les juge, dans un sursaut de lucidité ou d’autocensure, indignes. Ces rebuts qui auraient dû disparaître dans les oubliettes de nos pensées obscures, et auxquels les spectateurs ont réchappé souvent de justesse, peuvent trouver ici, in extremis, un espace d’expression et d’épanouissement pour le meilleur et pour le pire, mais sans jury ni récompenses. Salon des Refusés sera composé de cinq épisodes, représentés une seule et unique fois, conférant à l’ensemble du projet sa dimension performative. Chaque épisode sera donc à la fois une partie et un tout. A ce principe s’ajoutera un mode de production minimal basé en grande partie sur un volontariat bienveillant et un temps de répétition condensé sur des périodes courtes voire très courtes. Les intervenants du Salon des Refusés seront divers (acteurs, non acteurs, performers, etc.). Soyons clair, malgré l’humour qui devrait, lors de ces quelques soirées, suinter des murs du Salon, il sera bien question de la fragilité de l’acte de création, de la notion de réussite ou d’échec dans le monde de l’art et de la précarité de toute entreprise artistique. »

Home

Projets