fermer la page

Claude Schmitz

Claude Schmitz vit et travaille à Bruxelles. Il est diplômé de L’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) et est actuellement en compagnonnage au Théâtre de Liège (2018-2022). Ses créations ont été présentées à plusieurs reprises au KunstenFESTIVALdesArts ainsi qu'au Théâtre National, au Palais des Beaux-Arts, aux Halles de Schaerbeek, au Théâtre la Balsamine, à la Filature de Mulhouse, au Théâtre de Liège, au Salzburger Festspiele, à HumainTROPHumain, au Théâtre de l'Union, au Théâtre de l'Onde Centre d'Art, etc. Il a réalisé le clip This Light pour Girls in Hawaii ainsi que plusieurs films dont Le Mali (en Afrique) (Prix Format Court - Brive 2016), Rien Sauf L'Été (Grand Prix Europe et Mention des Distributeurs - Brive 2017) et Braquer Poitiers (Prix du Public - FID Marseille 2018 et Prix Spécial du Jury - FIC VALDIVIA Chili). Parallèlement, il enseigne (au Sénégal, à Ecole Supérieur des Arts à Mons et à L’ENSAV - La Cambre) et officie comme acteur au théâtre.                                                                                                                                                                                                 

 

Claude Schmitz is a graduate of the Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) in staging. He was an associate artist at the Halles de Schaerbeek (Brussels), and his latest creations have been presented at the Kunstenfestivaldesarts, Théâtre National, Palais des Beaux-Arts, Halles de Schaerbeek, Théâtre la Balsamine, La Filature, Théâtre de la Place, Salzburger Festspiele, etc. Recently, he directed his fourth medium-length film. He also officiates as an actor under the direction of other directors.                                                                                      

 

 

 

 

 

fermer la page

Paradies

Paradies produit et coproduit des spectacles et des films. La compagnie, basée à Bruxelles, est constituée de Benoît Hennaut, Arié Mandelbaum,  Fred Op De Beeck et Claude Schmitz. 

Rien Sauf l'Été

  • Médias
  • |
  • Texte

Rien Sauf l'Été

2017

Moyen-métrage de 35 minutes

 

C'est l'été. A la recherche de calme et désrieux de quitter la ville, Olivier loue une chambre dans un château situé à la campagne. Au fil des jours et des activités estivales, le jeune homme fait la connaissance avec la faune qui gravite autour de la propriété.

 

Rencontres internationales du Moyen Métrage de Brive 2017 - Grand Prix Europe et Mention des Distributeurs 

 

 

"Ce film de troupe dysfonctionnelle dépasse par sa picturalité l'alignement des saynètes drôles et malaisantes : un flou embué relevé par des couleurs sursaturées fait de cette matière cotonneuse et pimpante la substance même de cette période de vacance." Cahiers du Cinéma, Mai 2017.

 

"La beauté du film doit beaucoup à son refus d'exploiter le potentiel narratif de cette situation initiale pour mieux explorer les intensités corporelles et affectives qui traversent cet étrange collectif de circonstance. Les rencontres, les dialogues, les actions sont de l'ordre de l'infime, de l'inchoatif, la mise en "scènes" s'attachant à matérialiser un fil invisible, fragile, qui tient des sujets séparés dans un tissu commun. Ce liant, c'est d'abord celui de l'image tournée avec une caméra des années 80, dont le grain vidéo et les couleurs pastel fondent personnages et environnements en une même matière lumineuse. Puis ce substrat prend forme tour à tour par le regard tendre des enfants adultes veillant sur leur étonnante mère endormie, par de pettes ritournelles à vélo qui font sentir l'espace entre les présences disposées dans la scène, ou par des entrées et sorties de champ créant des micro-chorégraphies." Cahiers du Cinéma, Janvier 2018.  

 

"Une idée de la liberté et de l'improvisation poussée jusqu'à l'absurde pataphysique. Le refus de la narration classique permet à la folie douce, au trait de génie, au ridicule, de surgir." Télérama.

 

"Rien Sauf l'Été, avec sa texture d'images bigarrées, semble suinter telle une route de goudron sous la chaleur estivale. De quoi choper quelques coups de soleil heureux au beau milieu cafardeux d'un hiver grisâtre et gelé." Libération. 

 

"Ici s'invente une langue nouvelle et prometteuse." Les Inrocks. 

 

"Une ode à la légèrté, cette école de la profondeur." Policultures.

 

"Une radicalité pince-sans-rire." L'Humanité.

 

 

 

 

 

 

Avec
Hélène Bressiant, Damien Chapelle, Lucie Debay, Thomas Depas, Chloé Et De Grom, Lucie Guien, Patchouli, Pierre Sartenaer
Et
Armance Grignet-Rifflart, Wilfrid Hagemeijer, Typhaine Hay, Isa & Pancho, Coline Wauters, Antoine Wielemans et Olivier Zanotti
Réalisation
Claude Schmitz
Image et étalonnage
Florian Berutti
Montage Image
Marie Beaune
Prise de son
Jean-Noël Boisse
Montage son et mixage
Marc Doutrepont
Musique originale
Thomas Turine
Production
Claude Schmitz, Jérémy Forni, Pierre-Louis Cassou, Paradies et Chevaldeuxtrois
Assistante de production
Carolien Gaudet

Home

Projets